Insights

Le "Planet Centric Design"​, ou le faire "fair"​

7 juin 2020

Avril 2020. Le monde est à l’arrêt, hommes et machines.

La nature reprend ses droits, la faune ose se réapproprier les grandes agglomérations désertées, le ciel retrouve ses couleurs. Dans le même temps, les déchèteries n’arrivent plus à gérer le flux des ordures non triées, la pandémie mondiale ayant fait évoluer les priorités.

La situation écologique est une urgence. Réelle. Et c’est aujourd’hui qu’il faut s’en préoccuper.

I don’t want you to be hopeful, I want you to panic. – Greta Thunberg

Les entreprises en prennent conscience, des changements se dessinent, mais lesquels ? Comment ? Par quoi commencer ?

Le Design est le lien indispensable pour penser des modèles économiques plus responsables, structurer des modèles industriels plus pérennes, synchroniser les marques avec les nouvelles attentes de leurs consommateurs, porter les transformations digitales à maturité et aider les employés à retrouver du sens dans leur quotidien professionnel.

Les pratiques de conception équitable « fair design » (…) mettent en symbiose les fondamentaux physiques, le contexte, les ressources et les usages. - Jean-Louis Frechin

Le design au service des enjeux environnementaux et sociétaux

Le design centré utilisateur est de plus en plus entré dans les habitudes de conception… Il n’est, cependant, plus suffisant pour répondre aux enjeux plus larges des sociétés (entreprises et collectivités) car en réalité, pourquoi serions-nous au centre du sujet ?

Passer de cette vision centrée sur l’Humain à une vision plus globale de la Nature, dont nous ne sommes qu’un élément…

En tant que designers, nous prenons en considération ces nouveaux enjeux pour faire évoluer nos méthodes de travail, accompagner nos clients dans cette prise de conscience et les aider dans cette nouvelle transition dont le but est de servir la planète et non juste les consommateurs.

Il faut à présent se préoccuper des fondamentaux plus larges, planétaires :

  • trouver le juste équilibre entre les besoins humains et sociétaux et les impacts et usages des ressources de la planète.
  • connecter ces besoins à la réalité sociétale et locale : à forte valeur pour les utilisateurs, les entreprises et la planète.
  • prendre en compte les bénéfices à court, moyen et long termes, dans une logique de futur souhaitable.
  • penser le tout avec une approche systémique de compréhension de l’ensemble des forces, des inter-relations (internes et externes) et des besoins sociétaux.

L’approche Planet Centric Design

L’approche “Planet Centric Design” apporte un cadre permettant de repenser nos méthodes de travail pour concevoir des produits et des services durables en s’appuyant sur la dynamique du Design Thinking, en intégrant les problématiques de circularité et plus largement les apports de la systémique.

Son principe fondateur est de considérer non seulement l’utilisateur mais plus largement l’écosystème planétaire dans lequel il évolue, afin de prendre en considération les enjeux environnementaux et sociétaux, plus larges que son besoin, ses désirs et sa consommation.

Les cinq niveaux de leviers à explorer

Il existe cinq niveaux de leviers à explorer : ego, équipe, entreprise, ecosystème, époque. L’approche “Planet-Centric Design” permet d’analyser les enjeux, de rendre visibles les interactions et de trouver des leviers à tous les niveaux

Cette approche systémique a, dans un premier temps, un impact sur les modèles économiques que nous élaborons pour les produits et services de nos clients. Elle implique également une évangélisation auprès de nos clients pour les aider à se transformer eux aussi (à tous les niveaux, tant organisationnels qu’opérationnels). Enfin, cela induit, pour les produits, les services et les organisations, d’opter pour une approche d’éco-conception.

Dream big. Start small. Act now.

L’approche “Planet Centric Design” permet aux entreprises d’amorcer ce nouveau virage avec des facteurs clés de succès établis :

  • Avoir une vision systémique et penser la vue d’ensemble (dream big).
  • Commencer en se posant les bonnes questions et se focaliser sur ce qui a le plus de chance d’avoir de la valeur pour la planète et les Humains (start small).
  • Démarrer tout de suite (act now), sans attendre, même dans le flou, en utilisant une démarche de test & learn qui a fait ses preuves et qui peut s’adapter à ces problématiques.

Dream Big - L’apport de la systémique

Il s’agit ici de faire un pas de côté par rapport à nos habitudes d’analyse (en tant que designers) et à nos habitudes de consommation en tant qu’humain que la croissance a “mal” habitué, pour se reposer les bonnes questions et redonner du sens à nos activités quotidiennes et nos achats.

Si nous arrivions à changer les habitudes de consommation à l’échelle d’un pays comme la France, nous pourrions inverser la tendance mondiale, en l’aidant à entrer dans une dynamique régénérative. - Navi Radjou

Start small - se poser les bonnes questions dès la recherche utilisateurs

Sans tout remettre en cause, il s’agit de commencer par se (re)poser les bonnes questions, c’est-à-dire celles qui vont permettre de concevoir des produits / services qui ont du sens, pour définir avec précision la problématique auquel le produit / service doit répondre, et ce, durablement (être viable, vivable et équitable).

Cette fois-ci les questions ne tournent plus autour des utilisateurs, mais concernent aussi les conséquences planétaires du produit ou du service. Les clients veulent ce service, mais est-il vraiment nécessaire ? Nous savons le produire, mais est-ce dans de bonnes conditions sociales ? Il est rentable, mais quel est le coût pour la planète (pollution, émission de GES…) ?

Ce sont autant de questionnements qui permettent d’adopter naturellement une approche différente, plus sobre et plus “juste” de la manière de concevoir, de créer et de proposer des produits et des services “désirables”.

Il induit un recours à la systémique, à la circularité et à la visée régénérative : se forcer à construire de nouvelles approches, de nouveaux moyens de production, de nouveaux modèles économiques, plus vertueux (exemple de Emmaüs qui a ouvert son “e-shop militant”, favorisant la seconde vie des produits).

Act now - utiliser le Design Thinking pour capitaliser sur une démarche éprouvée

La démarche du “Design Thinking” permet de lancer le mouvement en alignant les parties prenantes (le designer joue alors son rôle de médiateur), en se nourrissant des enjeux de la durabilité, à ceux du “terrain” (voir notre e-summit sur le sujet, disponible en replay).

Cette approche permet de concrétiser rapidement des leviers d’action, des idées et des concepts de solutions “souhaitables” testés auprès d’utilisateurs finaux et passés au prisme de modèles économiques qui analysent leurs impacts sur la planète dans la durée.

L’approche “Planet Centric” s’appuie sur cette démarche fondée sur des preuves, orientée vers le terrain et le marché, déplaçant le focus de l’utilisateur (que ce dernier soit usager, citoyen, collaborateurs, consommateur…) vers les problématiques de transition climatique et de développement durable pour la planète.

Etes-vous prêts à l’adopter ?

Le “Planet Centric Design” englobe les valeurs de la culture du design, que Nigel Cross (2006) identifie comme “l’aspect pratique, l’ingéniosité, l’empathie et le souci de la “pertinence”.

Le “Planet Centric Design” est une démarche, un état d’esprit et un horizon.

  • C’est une démarche permettant de concevoir (en anglais courant, Design) et de créer (en français, design) des produits et des services qui ne nuisent pas à la planète en s’inscrivant dans une perspective plus large : l’homme, la culture, la société, l’environnement, le monde.

  • C’est un état d’esprit qui place les impacts écologiques et sociétaux au centre lors de la conception, de la création, de la mise en œuvre et de l’évolution d’un service ou d’un produit. Il s’opère en se posant les bonnes questions et en conceptualisant des solutions axées sur la durabilité (technique, sociale et environnementale) et la désirabilité.

  • C’est un horizon et un ensemble d’outils qui permettent de limiter les conséquences négatives potentielles des choix réalisés. Ce cadre est flexible en fonction des besoins du client et du contexte du projet.

Cette démarche peut irriguer de multiples domaines :

Aujourd’hui la majorité des services que nous consommons sont digitaux. Le “Planet Centric Design” invite à une démarche d’éco-conception également dans ce domaine, avec des enjeux d’inclusion essentiels pour parvenir à un avenir digital désirable et durable.

L’éveil des consciences rend cruciale la transformation interne des entreprises pour tendre vers une croissance régénératrice, pour redonner du sens et du plaisir aux activités individuelles de ses collaborateurs.

Les services, les produits (et leur packaging) sont également au coeur de cette transformation car, par leurs attributs sensoriels et émotionnels, ils collectent et transmettent des informations et induisent des comportements, qui peuvent être plus positifs en termes d’impact sur la santé et la planète.

Nous initions la conversation avec vous sur cette approche et la manière dont nous la mettons en oeuvre chez Idean lors de notre e-summit dédié au “Planet Centric Design“, mais vous, comment intégrez-vous ces questions dans votre activité ?