Insights

Cinq étapes pour une conception d'application mobile réussie

21 novembre 2019

Avec 5,1 milliards d’utilisateurs de téléphones portables dans le monde, nous sommes définitivement dans l’ère du mobile. Les smartphones et les tablettes sont omniprésents, et avec 2,46 millions d’applications pour Android et près de 2 millions sur l’App store, la concurrence est féroce !

Et les marques doivent se remettre en question. Vous voulez que votre application soit un succès ? Passons en revue les cinq éléments à prendre en compte lors de la création d’une application.

1. Commencer par la recherche utilisateur

L’une des erreurs principales, mais assez courante, est que les utilisateurs ne sont généralement pas consultés au début des recherches. Avant de se lancer dans la conception, il faut se poser les bonnes questions : À quel besoin utilisateur l’application répond-elle ? Quelle est la valeur concurrentielle de votre application ?

Pour répondre à ces questions, il est essentiel de placer les utilisateurs au cœur du processus global. Des réunions, des enquêtes de terrain et des entretiens individuels permettent de mettre en lumière leurs besoins réels. De plus, les tests utilisateurs permettent d’observer les différentes utilisations de l’application mobile. L’objectif est de transformer les points faibles en opportunités.

People don't buy what you do, they buy why you do it.Simon SinekAuthor, Start with Why

2. Mener en parallèle, un audit précis

Afin de s’engager dans la bonne direction, de bien positionner votre application et la rendre unique face à la concurrence, il faut :

  • réaliser un diagnostic de votre situation actuelle (audit UX et technique), notamment en cas de refonte.
  • étudier l’offre de la concurence, tant en termes de contenu que de style.

3. Définir le cadre de la demande

La rédaction du cahier des charges fonctionnel permet de travailler sur la future application et d’en définir ses contours. Et en se basant sur la recherche utilisateurs, il est plus facile de hiérarchiser les fonctionnalités qui doivent être intégrées. À ce stade, il n’est pas rare de mettre en place un design sprint sur un point précis, de matérialiser le concept très rapidement et de le tester auprès des utilisateurs en moins d’une semaine. Au cours de ce design sprint, l’itération est clé !

4. Quel format choisir : web ou natif ?

Le choix du format - natif, hybride ou réactif - doit être fait en fonction des besoins, des caractéristiques et des défis de l’application.

  • les applications natives offrent les dernières innovations de Google (Android), d’Apple (iOS) et une expérience utilisateur optimisée. Mais elles nécessitent deux développements logiciels distincts, ce qui, bien sûr, aura un impact sur le budget.
  • les framework hybrides permettent un développement unique qui peut être commun aux deux systèmes d’exploitation. Cela permet de réduire les coûts, mais au prix de quelques compromis ergonomiques.
  • les sites web responsives proposent un contenu qui convient à tous les appareils.

Idean a une forte expertise en développement d’applications sensibles, notamment dans le domaine bancaire. La sécurité d’une application concerne les échanges entre les données et les serveurs, leur stockage sur le smartphone, et le code source. Il est donc nécessaire d’assurer un haut niveau de sécurité lors du développement de ces applications, via des procédures strictes tout au long de la chaîne.

5. Mise en œuvre progressive : un pari sûr

Plus la demande est simple, plus elle sera facile à utiliser. Il est donc plus pertinent de se concentrer sur les fonctionnalités les plus utilisées par les cibles. La première version peut être testée très rapidement sur le marché, puis améliorée progressivement avec des fonctionnalités supplémentaires, en fonction des réactions des bêta-testeurs.

Toujours mettre l’expérience utilisateur au premier plan, car une application n’est pas seulement une technologie. La maîtrise de toute la chaîne (UX et tech) est une force. Cet avantage permet de concevoir et de lancer un produit que les consommateurs auront (vraiment) plaisir à utiliser.

La clé du succès ? Un équilibre parfait entre le design et la technologie.

Conclusion - l’intérêt d’une méthode de design centrée sur l’utilisateur

La valeur ajoutée des designers ne consiste pas seulement à créer de belles applications que les gens utiliseront, mais aussi à changer l’état d’esprit des parties prenantes. Modéliser, itérer, faire des erreurs, re-proposer, tout en tenant compte des réactions des utilisateurs, est le meilleur moyen de limiter les risques.

On entend souvent dire que la mise en œuvre d’une méthode de design centrée sur l’utilisateur coûte cher, en argent et en temps.

Mais combien coûtera une application mal conçue et peu utilisée, qui devra tout de même être maintenue, sans pour autant remplir son objectif ?

Contactez-nous pour en savoir plus sur nos capacités de développement d’applications et sur nos applications les plus récentes !